SCSI : une Interface incontournable pour les sampleurs !


Il n'y a pas si longtemps encore, le transfert d'échantillons entre deux appareils (ou avec un ordinateur), s'effectuait via la prise MIDI. La lenteur était alors insupportable due à un taux de transfert peu élevé et la transmission de fichiers lourds (plusieurs dizaines de Mo) était à banir, sous peine d'y passer la journée entière. Et puis, le format SCSI mis en pratique sur les ordinateurs s'est tourné vers les échantillonneurs, pour le bonheur des musiciens. On pouvait enfin communiquer rapidement, avec une fiabilité accrue, et ce dans n'importe quel sens : sampleur -> sampleur, sampleur -> ordinateur, sampleur -> CD-Rom.

Bref, de quoi accéder en un temps record à des gigas de sons ! D'un autre côté, on avait dorénavant accès au stockage efficace et rapide de ses précieuses informations. Terminée la sauvegarde sur 10 disquettes pour un échantillon, place au disque dur, SyQuest, Magnéto-Optique ou encore Zip et Jaz. Toutefois, la chaine SCSI nécessite quelques précautions d'usage pour une utilisation optimale, dont nous allons répéter les quelques principes fondamentaux :

1) Une chaine SCSI peut accueillir jusqu'à 8 appareils simultanément, chacun réglé sur une adresse (de 0 à 7) bien distincte. Vérifiez donc toujours qu'aucun matériel ne possède la même adresse que l'un de ses congénères, sous peine de planter le bus. Le réglage de l'adresse peut se faire de manière logiciel ou bien par un compteur manuel situé sur l'appareil et affichant le numéro en cours. N'oubliez pas que par défaut, de nombreuses machines sont réglées sur une adresse impossible à modifier. Dans ce cas, identifiez-la et réglez vos autres appareils sur des numéros différents.

2) Achetez des cordons et des câbles de qualité. Quitte à payer un tout petit peu plus cher, vous éviterez des erreurs de transmission ou un appareil non reconnu. De plus, gardez en mémoire qu'une chaine SCSI ne doit pas dépasser un total de 7 mètres maximum de câble, sachant que l'on doit prendre en compte une certaine marge de cordon non visible à l'intérieur des appareils (environ 20 cm).

3) Il ne faut jamais déconnecter un câble SCSI relié à une machine allumée. Même si le courant qui circule à l'intérieur de ces câbles est très faible, on n'est jamais à l'abri d'un court-circuit.

4) Toute chaine SCSI doit être 'terminée'. C'est-à-dire qu'en bout de chaine, si l'appareil n'est pas 'auto-terminé' de lui-même, il faudra adjoindre ce que l'on appelle un 'bouchon de terminaison' (environ 18 Euros dans le commerce) sur l'un des ports SCSI.


Ludovic Gombert