Reason : Partir sur de bonnes bases


Ce tutorial est consacrée au fabuleux studio virtuel de Propellerheads. Après quelques réglages nous créerons un studio qui nous servira de base pour les futures créations.

Reason est à ce jour le studio virtuel le plus puissant et le plus ergonomique du marché. Un studio virtuel réunit les outils que l'on trouve dans un studio réel : synthétiseurs, boites à rythmes, effets etc., son grand avantage étant d'éviter les problèmes de connectique et de configuration des différentes machines… de quoi retrouver votre morceau dans l'état dans lequel vous l'avez laissé, ce qui n'est pas toujours évident avec un studio réel.

Optimisation et réglages

Avant de commencer, faisons un tour du côté des paramètres.

Dans le menu ' général ', réglez l'inertie de l'action de la souris sur les curseurs, le taux d'utilisation CPU autorisé ainsi que vos choix visuels.

Dans le menu ' audio ', ' Master tune ' ne sert qu'en cas de désaccord avec un instrument externe. Nous voici devant un choix primordial : les drivers. Si votre carte le permet, utilisez des drivers compatibles ASIO pour diminuer la latence (ce temps qui s'écoule entre le moment où vous appuyez sur une touche et celui où vous entendez le son). Plus la latence est élevée, plus vous aurez un décalage entre votre jeu et le résultat dans vos oreilles. Ces drivers se trouvent généralement sur le site du constructeur de votre carte son. Si ce n'est pas le cas, vous devrez procéder par tâtonnements : lancez un morceau dans Reason, retournez dans les paramètres audio, et bougez la tirette ' sample rate ' sur la gauche. La valeur ' output latency ' diminue. Continuez jusqu'à entendre des grésillements. Il faut trouver un bon compromis entre une latence faible et une qualité sonore acceptable. Si vous utilisez Reason conjointement avec un autre logiciel (cubase, rebirth etc), il se peut que la synchronisation ne soit pas parfaite. Vous devrez la régler manuellement à l'aide des boutons ' latency compensation '.

Le menu 'MIDI' permet de définir le canal midi principal ainsi que les interfaces MIDI externe si vous en possédez. L'horloge interne de Reason peut être synchronisée sur celle d'un séquenceur externe ; il suffit de régler ' MIDI clock sync ' en conséquence.

Nous sommes fins prêts pour commencer.

Câblage virtuel

Nous allons à présent créer la structure principale de notre studio virtuel. La pièce maîtresse en sera la table de mixage.

Dans le menu FILE, choisissez NEW. Effacez tous les racks (click sur un rack + suppr). Votre espace de travail doit ressembler à la figure 1.

Faites un click droit sur la page vierge pour faire apparaître les modules disponibles et choisissez le compresseur ' COMP-01 '. Il va falloir le câbler manuellement sur l'interface audio. Rien de plus simple, appuyez sur la touche tabulation (TAB), le rack pivote pour vous montrer la face arrière des modules. Connectez les bornes L - out - R aux deux premières entrées de l'interface audio comme sur l'image 2.

      
Etape 1
Etape 2

Appuyez de nouveau sur TAB et ajoutez une table de mixage ' Mixer 14 : 2 ' en procédant de la même façon que pour le compresseur. En appuyant sur TAB, vous verrez que Reason a automatiquement câblé la table de mixage sur le compresseur comme sur l'image 3.

Revenez sur la fenêtre principale et ajoutez 4 effets à votre convenance. Le nom de chacun d'eux sera affiché à droite de la table de mixage pour vous indiquer qu'il sera utilisé comme un effet auxiliaire. Au final, vous devez obtenir l'architecture de l'image 4.

      
Etape 3
Etape 4

Voilà un bon début !

Le compresseur permettra un début de mastering une fois le morceaux terminé.
Evidemment, rien ne vous empêche de rajouter des effets en amont pour un travail plus précis. Dans un prochain tutorial nous décortiquerons chaque module à notre disposition.

Téléchargez le studio de base du tutorial

Les modules

Avant de nous jeter corps et âme dans la composition, découvrons maintenant les outils que Reason met à notre disposition.

Mixer

Mixer' est une table de mixage 14 pistes.

C'est sur elle que vous connecterez les instruments. Généralement, on associe une piste à un instrument (mais ce n'est pas obligatoire), ce qui permet de Mixer 14 sources sonores différentes.
Si vous avez besoin de plus, vous pouvez reliez plusieurs Mixer. La limite d'interconnexion n'étant déterminée que par la puissance de votre ordinateur, vous pourriez, par exemple, connecter 9 tables de mixage pour vous retrouver avec 126 pistes. Le plus difficile est de trouver un écran assez grand pour tout afficher...

Les tables de mixage peuvent impressionner par le nombre de boutons dont elles disposent, mais il ne faut pas oublier qu'on a affaire aux mêmes contrôles pour chaque piste.

Pour nous en persuader, étudions une tranche de cette table :

1°) Réglage du niveau des effets auxiliaires

La table de mixage possède 4 départs auxiliaires, c'est-à-dire qu'il est possible d'attribuer, pour chaque piste, 4 effets simultanément. Pour ajouter ces effets, référez-vous aux chapitres plus bas

2°) Equaliseur 2 bandes

Ces potentiomètres modifient la teneur en médium et en bass du son.
Le bouton EQ permet de tenir compte de ces réglages.

3°) Panoramique

Comme son nom l'indique, permet de définir la panoramique du son (droite ou gauche) !
Le bouton M (pour Mute) by-pass la piste, tandis que le bouton S (pour Solo) coupe toutes les autres piste sauf la piste en question. Pratique pour isoler un instrument et travailler dessus.

Substractor

Subtractor est un synthétiseur polyphonique qui fonctionne par synthèse soustractive. Ce module produit un large panel de sons allant des sons percussifs aux nappes les plus douces. Vous pourrez créer vos propres sons, ce qui est toujours plus gratifiant (et original) que d'utiliser ceux qui sont fournis.
La synthèse sonore peut être un domaine très complexe, mais on peut commencer à l'appréhender par action /réaction : une fois le module chargé sur votre studio, le son ' init patch ' est chargé par défaut.
Rien de tel que la pratique pour comprendre ! Modifiez un paramètre à la fois, et écoutez le résultat.
Un autre moyen de progresser est de charger un son existant et d'observer ce qui a changé par rapport au patch ' init patch '.
Par tâtonnements successifs, vous devriez comprendre le fonctionnement général de la synthèse. Pour des informations plus précises sur le sujet, référez-vous aux prochains dossiers Musicrun.

Dr:rex

Dr:rex est un sampleur un peu spécial qui se nourrit de boucles au format Recycle. Recycle est un autre logiciel qui décompose une boucle rythmique en de multiples parties, ce qui permet de ralentir ou d'accélérer le tempo sans en affecter le son, chose impossible avec un sampleur classique.
De plus, chaque partie de la boucle peut être déclenchée séparément, ce qui offre des possibilités de restructuration très intéressantes (amateurs de drum & bass, ce module est fait pour vous).

NN19

Le module NN19 est un autre sampleur qui lui gère les multisamples.
Kesako ? Imaginons que l'on ait besoin d'un son de piano réaliste. Utiliser un seul sample de piano ne conviendrait pas, car la déformation du son dans les octaves inférieures ou supérieures serait flagrante. Par contre, si l'on utilise plusieurs samples comme références, le son est beaucoup plus fidèle à l'original.

Ainsi un multisample de piano de qualité peut être constitué d'autant de samples que de notes.

Redrum

Redrum est une boite à rythme numérique. C'est à dire qu'elle ne crée pas de son en temps réel mais utilise des samples.

Son fonctionnement rappelle celui des boites à rythmes Roland : vous choisissez un son et vous indiquez, en appuyant sur un des 16 boutons principaux, à quel moment il doit intervenir. Ceux qui ne comprennent rien aux portées traditionnelles y trouveront une alternative intéressante car beaucoup plus intuitive.

Cette façon de programmer se prète particulièrement bien aux rythmes. Cependant, comme les sources sont des samples, il est tout à fait possible de détourner ce module de sa fonction première et d'utiliser n'importe quel son pour des résulats étonnants.

On trouvera également la fonction ' flam ' qui émule un roulé, et la fonction 'shuffle' qui rend le rythme moins 'carré' en lui insufflant du swing.

Matrix

Matrix est un module à part car il ne produit aucun son. Pourtant c'est l'un des modules les plus intéressants de Reason. Inspiré des séquenceurs analogiques des débuts de la MAO, il fait office de contrôleur graphique et permet une composition monophonique idéale pour les boucles.
Vous pourrez choisir jusqu'à 32 pas pour les patterns, et définir la vélocité et le glissé entre chaque note. Ce module est tellement polyvalent qu'un tutorial lui est entièrement consacré.

Les effets

Le reste des modules concerne les effets. Vous pouvez les connecter soit sur la table de mixage comme effets auxiliaires, soit comme effets personnalisés pour un module en particulier. Il n'existe pas une seule façon de les utiliser, souvent de multiples interconnections transforment le son original d'une façon inattendue, à vous de faire des essais. Reason en propose 8.

Reason : Toute la puissance de Matrix

Le module Matrix de reason est un module extrêmement puissant capable de pallier le peu d'effets que propose reason.

Un DJ Hip Hop

Nous allons utiliser le module matrix pour violemment modifier le volume d'une boucle comme le ferait un DJ Hip Hop avec le crossfader de sa table de mixage. Le résultat ressemblera à une hachure du son en cadence.

Dans un premier temps nous allons utiliser le module Dr:rex comme source sonore.

Commencez par créer un nouveau studio puis ajoutez une table de mixage. Ajoutez un module Dr:rex, puis chargez le son ' Rnb14_Original-100_eLAB.rx2 ' que vous trouverez dans le répertoire ' RnB HipHop ' de la Factory Sound Bank de Reason.

Assurez-vous de bien sélectionner le module Dr:rex dans le séquenceur, puis cliquez sur le bouton ' to track ' du Dr:rex . Si vous avez bien suivi la manoeuvre, la boucle doit être copiée dans le séquenceur comme ceci :

Ajoutez un module Matrix dans le studio. Appuyez sur la touche tabulation et reliez la sortie 'curve CV ' sur l'entrée 'Level ' du module Dr :rex. Tournez le bouton qui se trouve à gauche de la connexion 'level ' au maximum vers la droite.

Voilà pour la préparation. Vous devriez vous retrouver avec un studio qui ressemble à ceci :

 
Face avant   Face arrière

Dans le module Matrix passez en mode 'curve ', choisissez 16 pas et dessinez comme ceci :

A présent, appuyez sur la touche play du séquenceur. Normalement, vous devriez entendre l'échantillon jouer en boucle. Si ce n'est pas le cas, vérifiez que le bouton 'run ' du module Matrix est bien enfoncé et que le bouton ' loop on/off ' du séquenceur est également sélectionné.

Cîblé de la sorte, Matrix envoie des commandes de niveaux qui contrôlent le volume de l'échantillon. Quand une barre est en haut, le volume est à son maximum (127), quand une barre est en bas, le volume est nul (0).

Pour créer l'effet de hachure, il suffit d'alterner les barres hautes et les barres basses.

Sélectionnez le pattern 2 du module matrix et dessinez comme ceci :

Puis le pattern 3 pour ce résultat :

Maintenant, laissez tourner le séquenceur et alternez les patterns 1, 2, et 3.

Tout ceci est encore très ' mécanique ', un vrai DJ y mettrait beaucoup plus de feeling en changeant de façon radicale la cadence des hachures. Voici comment s'en rapprocher :
Ajoutez un module NN19 puis chargez le sample ' AttackSignal_eLAB.aif ' du sous- répertoire FX-Vox du répertoire ' Other sample ' de la Factory Sound Bank.

Ajoutez 2 modules Matrix et connectez-les au module NN19 comme suit :

Le premier module déclenchera le son, tandis que le deuxième modifiera le volume.
Pour augmenter la vitesse de coupure, il suffit d'augmenter la résolution du module Matrix. Il en va de même pour le nombre de pas (steps). Remplissez Matrix comme ceci :

Voici le fichier correspondant : tutorial_matrix1.rns

Les patterns 1 à 6 du module Matrix 3 contiennent d'autres exemples de coupures en rythmes. N'hésitez pas à y insuffler votre swing, le but étant de ' jouer ' un son unique de plusieurs manières différentes.

Allons un peu plus loin

On peut se rapprocher encore plus de la réalité en utilisant un son de scratch :
dans le module NN19 chargez le son ' Scratch2_eLAB.aif ' du dossier FX-Vox.

On garde la même architecture mais cette fois la hauteur de note du premier module Matrix va changer la hauteur du son de scratch, et donc simuler l'accélération ou le ralentissement violent d'un vinyl quand un DJ scratche.

Ce qui donne ceci :

Ce n'est pas encore parfait mais c'est un bon début. Utilisez plusieurs patterns pour créer des scratchs différents.

Fichier : tutorial_matrix2.rns

LFO

Une autre des utilisations possibles de Matrix, c'est de l'utiliser comme un LFO (Low Frequency Oscillator).

Nous allons émuler l'effet d'un ' panner ' qui permet de modifier la panoramique du son de manière cyclique.

Créez un nouveau studio, insérez une table de mixage puis un module Dr :rex. Chargez n'importe quelle boucle. Ajoutez un module Matrix et reliez sa connection ' curve CV ' sur l'entrée ' pan CV ' de la piste 1 de la table de mixage. Tournez le bouton juste à gauche au maximum vers la droite. Pour finir, passez le module Matrix dans le mode ' bipolar '.

Normalement vous devriez avoir ceci :

Revenez sur la face avant du studio, choisissez 32 pas pour le module Matrix. Restez appuyé sur la touche ' shift ' et dessinez une ligne descendante du pas 0 à 16. Faites de même mais en montant du pas 17 à 32. Vous devriez avoir ceci :

Lancez le séquenceur et écoutez le résultat. Vous pouvez bien évidemment appliquer ce concept à toutes les entrées des modules, par exemple pour modifier la fréquence, la résonnance etc...

Fichier source : panner.rns

Maintenant, à vous de jouer !

Cyril Colom