Steinberg : WaveLab Essential- PC -

Steinberg propose désormais une version light de son éditeur audio WaveLab. La puissance de ce dernier n'étant plus à prouver, voyons si cette nouvelle version appelée WaveLab Essential reprend bien l'essentiel de son aîné.

L'installation est plutôt rapide et s'est déroulée sans problèmes notoires. Au premier démarrage, WaveLab Essential scanne votre ordinateur permettant la détection de vos plug-ins DX et VST. Ils seront ensuite accessibles dans la partie Master, le cœur du logiciel.
Au chapitre des préférences, il vous est possible de choisir entre plusieurs langages, français, allemand ou anglais. Vous trouverez également les paramètres de votre carte son (l'ASIO est à l'honneur, Steinberg oblige !), l'apparence générale du logiciel et son fonctionnement.

L'interface, l'essentiel

WaveLab Essential est un éditeur audio numérique multi-tâche pour PC. Il regroupe toutes les fonctions de l'édition numérique, d'analyse, de traitement et de gravure CD. Un bon éditeur audio doit permettre le traitement sur des fichiers pouvant être très longs, lors d'un enregistrement live par exemple, ou sur des fichiers de quelques millisecondes. ça commence bien, il permet l'édition sur des fichiers sans limites de taille et avec, théoriquement, une vitesse de calcul toujours identique.
La fenêtre principale est divisée en deux parties redimensionnables, la partie supérieure affiche une vision globale du fichier et la partie inférieure, l'affichage précis. En fait, il s'agit de clone de la même vue, les deux étant modifiables à volonté. Différentes mémoires de configuration sont prévues pour stocker vos diverses habitudes de travail.
Dans le même souci de modularité, les trois éléments de la section Master peuvent être affichés indépendamment ou non.

L'édition proprement dite se fait de façon très intuitive, c'est un régal de procéder aux sélections et de naviguer dans le fichier. Après quelques raccourcis clavier assimilés reprenant l'assignation de Cubase, le travail est très efficace. Par exemple, vous sélectionnez une portion audio à l'aide du curseur pour extraire une boucle d'un enregistrement. La sélection peut se coller automatiquement au zéro-crossing pour éviter tous clics ou à l'unité de temps. Avec les touches G et H, vous zoomez et dé-zoomez, et les touches 1 et 2 du pavé numérique positionnent le curseur (tout en centrant la vue) respectivement sur le début et la fin de la sélection. Un régal pour contrôler efficacement le placement de la boucle. La boîte de dialogue des fade In/Out se positionne automatiquement sur un fade Out si votre sélection se situe vers la fin du fichier, et sur un fade In si elle se situe vers le début, pratique.
Pour naviguer entre les différents fichiers ouverts, un onglet est situé en bas de la fenêtre principale. Le petit plus, la profondeur du zoom et la position des fenêtres sont stockées avec ces onglets, un roll-over indique le chemin complet des fichiers.
Pour le reste des fonctions standard du type couper/copier/coller, le logiciel s'en sort bien, sans plus. Il est clair qu'un buffer de stockage de plusieurs copies aurait été pas mal, Word le fait bien !

Les marqueurs

Les marqueurs bénéficient d'une attention toute particulière, en effet, il est possible, outre les marqueurs standard de créer des boucles ou des régions de mute. C'est très utile pour supprimer ou répéter un passage d'un morceau, de plus, lors du rendu final, vous avez la possibilité d'inclure ces informations. Par exemple, pour répéter une partie d'un morceau, il faut créer une boucle, cliquer sur le marqueur de fin de boucle et lui assigner un nombre de répétitions. Ensuite, lors du rendu final, si l'on active l'option ‘oll out loops, le passage sera répété autant de fois que spécifié. Break madness…
Après la création d'une boucle, le Crossfade looper est actif dans le menu Sampling. Il permet d'affiner les points de boucle pour une transition parfaite avec des fonctions de crossfade évoluées pour encore plus de précision.
Les autres effets destructifs sont de bonne facture, sans plus. Le logiciel est clairement prévu pour héberger les très nombreux plug-ins (VST ou DirectX). A noter l'excellente compatibilité et stabilité de tous les plug-ins présents sur notre machine de test.

Master at Work

Voici la partie la plus intéressante du logiciel, la section Master. Elle permet de chaîner quatre effets (VST ou DX, plus ceux livrés avec le logiciel). Le signal est ensuite routé vers les fadeurs de volumes généraux puis vers une section de dithering pour optimiser le rendu final vers une résolution plus basse que celle de calcul interne. Après tous ces traitements, le signal est routé vers votre hardware ou vers un fichier.
Il est possible de désactiver les quatre premiers slots indépendamment, et même de les mettre en solo pour écouter un traitement spécifique. Par contre, pour les le plug-in placé dans la section dithering, le bypass s'opère directement sur son interface.
Une fois votre chaîne d'effets paramétrée, on peut sauvegarder le tout dans un preset.

La possibilité de sauvegarder les presets de la section master est à elle seule une motivation d'achat. Plus besoin de stocker les waves de vos master pour chaque pré-mastering, ce sont les paramètres des effets que vous stockez.
Par exemple, votre dernier morceau est prêt à être gravé, mais plusieurs solutions de compression ou d'égalisation vous tentent. Il suffit de stocker plusieurs presets comme : mySong EQ+COMP 1, mySong EQ+COMP1+DISTO ou bien mySong EQ2+COMP 1+REV. Il suffira par la suite de rappeler le preset de votre choix et les plug-ins concernés seront chargés ainsi que leurs paramètres. Bien sûr, vous pouvez créer une infinité de chaînes d'effets, la seule limitation concerne les quatre emplacements.

Le rendu : c'est là que WaveLab Essential et son appellation multi-tâche prend toute sa signification. Tout d'abord, voyons le fonctionnement du rendu. Si la section master est activée (il est possible de la bypasser complètement dans le menu Options), tous les effets présents dans les slots non désactivés seront appliqués au fichier. Dans la boîte de dialogue du rendu, il est donc possible d'activer les régions de boucles ainsi que celles de mute. Ensuite, les traitements peuvent être appliqués au fichier entier ou uniquement à la sélection en cours et, finalement, on peut appliquer le tout directement sur le fichier actif ou en créer un nouveau. Dans ce dernier cas, le choix nous est donné de garder le format audio en cours ou d'encoder directement en mp3 par exemple.
Le deuxième onglet, appelé Schedule, s'occupe de la gestion des ressources. Trois ordres de priorité permettent de solliciter plus ou moins votre processeur pendant le calcul final, vous permettant de continuer à travailler sur un autre fichier pendant des calculs conséquents sur un autre. Très bien le multi-tâche…

Analyse it

Les outils d'analyse sont au nombre de trois. Personnellement, je mixe rarement mes morceaux l'œil rivé à l'analyseur fréquentiel 3D, mais il faut penser aux applications de mesures ou d'études. En revanche, l'analyseur de spectre est très utile pour voir des problèmes de fréquences en un clin d'œil dans un mixe. Le Level/Pan meter, quant à lui, est indispensable pour voir si un mixe est bien centré. De plus, il dispose d'un indicateur de crête, d'un vumètre pour donner la valeur RMS à la façon d'un vumètre à aiguille, et les valeurs entre les crochets donnent la dynamique moyenne du morceau.

Audio CD montage

La partie multipiste change de nom, de Audio Montage elle devient Audio CD montage. A part cela, il semblerait que cet outil ait gardé son lot de fonctions innovatrices et intéressantes. Vous importez donc vos fichiers audio vers l'une des deux pistes et procédez aux coupes, copies et autres éditions d'une manière orientée objet. C'est-à-dire qu'une fois un segment coupé en deux, les deux nouveaux segments héritent de paramètres propres. On peut insérer des effets sur chaque clip soit en insert soit en send. Dans ce dernier cas, un fadeur permet de doser l'envoi vers l'effet. Globalement, la fonction de montage permet d'assembler un CD très rapidement, de voir les éditions clairement et d'ajouter des effets en temps réel. Qui dit mieux ?
C'est bien beau, le montage est prêt, mais comment se passe la gravure ?
Deux choix possibles, étant donné qu'il est possible de faire passer le playback par la section Master la fonction Render est toujours disponible. Ceci crée un nouveau fichier, mais il est possible de supprimer cette étape et de graver directement le montage sur CD. Eh oui ! à la façon d'un Samplitude, il est possible de graver en temps réel avec tous les effets, les fade et les automations.

Mention spéciale au Meta Notmalizer :
Cet outils va analyser les fichiers audio composant le montage, il va tenter de détecter le niveau subjectif (RMS) global et ajuster en conséquence les volumes de chaque clip, de sorte que le CD final aura un niveau harmonisé.

Un petit mot sur le manuel livré avec le logiciel : si une version papier en anglais est bien présente regroupant les principales fonctions, le manuel au format PDF, uniquement en anglais, les énumère de façon exhaustive ainsi que les différents contextes de travail.

Stéphane Arkos
Banc d'essai réalisé en février 2004

Récapitulatif des différences majeures entre les deux versions

• L'éditeur multipiste est bridée à deux pistes stéréo ou mono. L'utilisation est donc plus axée au montage CD.
• La section Master dispose de 4 emplacements effets à la place des 8 de la version complète.
• La partie analyse s'allège du corrélateur de phase, de l'auto-détection d'erreur
• La partie Sampling ne gère pas l'import-export direct au sampleur
• Pas de batch processing, mais toujours batch encoding
• Pas d'auto region, de générateur de signal, de CD copy …

Conclusion

C'est du sérieux. Pour le prix, on dispose d'un outil professionnel capable de gérer toutes les tâches d'édition jusqu'à la gravure. Le son est excellent (calculs effectués en 32 bits). Si les fonctions absentes par rapport à la version complète citées plus haut ne sont pas un frein pour vous, WaveLab Essential est tout ce dont vous aurez besoin pour l'édition audio.

Configuration PC :

98, ME, 2000, ou XP (XP recommandé)
Pentium II 200 MHz (optimisé pour Intel)
128 Mo RAM (256 recommandé)
Au moins 60 Mo d'espace disque
Carte vidéo capable d'afficher en couleur 24 bits.
Prix : environ 250 euros

Plus :

Le prix
Orientation temps réel extrêmement fiable
La facilité d'utilisation

Moins :
L'interface de la partie montage
La nécessité d'avoir de bons plug-ins pour tirer partie du moteur temps réel
Pas de manuel en français