News
Evénements

 

Tests Matériels
Tests Logiciels
Dossiers
Fiches Techniques

 Interviews

 

CD Virtuel (mag)
Tutorials

Argus
Trucs & Astuces
Boutique

 

Forums
Annuaire
Petites Annonces
Magasins

 

Historique
L'équipe
Revue de Presse
Partenaires

Newsletter
Inscrire
Dsinscrire

Native Instruments B4


Si le nom d'Hammond ne vous dit rien, c'est que vous entrez alors dans une nouvelle dimension. En effet Hammond est le concepteur du célébrissime orgue B3…

Le B3 sort des usines Hammond en 1955 dans l'indifférence la plus complète. Le son est généré grâce à un système de roues phoniques déjà bien maîtrisé à cette époque (le premier orgue Hammond est le modèle A sorti en 1935). Le principe est simple, puisqu'il s'agit d'un assemblage de petites roues dentelées, tournant collectivement sur un même axe. L’ensemble est placé devant un aimant permanent, sur lequel sont bobinées quelques spires de fil électrique (principe du micro de guitare). Le tout est relié à différents axes desservant les groupes de roues phoniques. L'ensemble de ces dents est huilé en permanence.

Vous l'avez compris, il s'agit d'un véritable travail d'horloger (Hammond a longtemps fabriqué des horloges). Enfin les utilisateurs du B3 ont vite compris qu'il fallait, pour obtenir un son intéressant, amplifier le signal du B3 avec un ampli à haut-parleurs rotatifs : la cabine de Don Leslie. Cette véritable alchimie a donné naissance au son Hammond.

Le fruit de ce dur labeur est resté inaccessible pour une grande partie d'entre nous, pour la bonne et simple raison que le prix d'un B3 avoisine aujourd'hui les 12 000 € (avec une cabine Leslie 122). Bon nombre de constructeurs ont essayé au moyen de technologies numériques de se rapprocher du son légendaire du B3 : Korg (BX-3 et CX-3), Roland (VK-77 et VK-8), Voce V5, Oberheim (OB-3, OB-5), E-mu (B-3), Wersi (Atlantis, Vegas, Abacus et OX7), Clavia (Nord Electro).

Même Hammond (racheté depuis par Noël Crabbe et Suzuki) s'est essayé à ce jeu avec les modèles XK-2, XB-1 et le XM-1. Aujourd'hui, grâce à l'informatique, de nouvelles solutions s'offrent aux développeurs. Emagic nous annonce le EVB3, mais c'est surtout Native Instruments qui depuis un certain temps fait parler (en autre) de son émulation Hammond : le B4.


Mise en route

L'installation est rapide et claire. Apres avoir choisi l'installation en mode plug-in (pour votre séquenceur favori), il vous est proposé d'installer le B4 en mode " Stand Alone ". Celui-ci est surtout recommandé pour ceux qui désirent utiliser le B4 et leur ordinateur comme un véritable instrument de musique. Libre à vous de l'emmener en répétition, pour un bœuf, en concert…bref où vous voudrez. Il est cependant vivement conseillé de ne lancer aucune autre application.

Au premier coup d'œil, on apprécie l'aspect général. Le sens du détail est toujours au rendez-vous chez Native Instruments : double clavier, pédalier, tirettes, sélecteur de vitesse de rotation de la cabine Leslie, pédale de volume…même la visserie est au rendez-vous.

Le clavier et ses contrôleurs

Le B4 est un instrument virtuel assez particulier. Il dispose en effet de trois claviers : le clavier supérieur, le clavier inférieur et le pédalier. Chacun de ces claviers possède ses propres tirettes de registres (18 pour les claviers supérieur et inférieur et 5 pour le pédalier). Il est important de comprendre ici la "philosophie " de l'organiste, chaque clavier est un module sonore à part entière.

Native Instruments a très bien fait les choses, puisqu'il est possible de piloter chaque clavier individuellement sur des canaux MIDI différents (1 canal MIDI par clavier). Comme l'ensemble des réglages du B4, la pédale d'expression peut également être contrôlée en MIDI, libre à vous de lui assigner une pédale physique. Il en va de même pour le sélecteur de vitesse de rotation de la cabine Leslie, qui est contrôlable via la molette Modulation de votre clavier maître. Enfin, si vous le souhaitez, vous pouvez (en cliquant sur le bouton "Vel ") désactiver la vélocité. En effet, le B3 n'est pas sensible à la vélocité.

Des tirettes qui sonnent !

Les ingénieurs de Native Instruments ont disséqué les moindres détails sonores du B3. En aucun cas, il ne s'agit d'un lecteur d'échantillons. Le son résulte d'une modélisation très poussée, allant jusqu'à la reproduction de la compression lorsqu'un même partiel est déclenché par plusieurs notes simultanément.

Il est indispensable, afin d'apprécier les qualités du B4 (et de l'orgue en général), de bien comprendre le fonctionnement des tirettes. Chaque tirette correspond à un harmonique (un son est composé d'une fréquence fondamentale appelée premier harmonique et de plusieurs fréquences de hauteurs différentes appelées harmoniques 2,3,4…).

Concrètement, si vous jouer un Do3 vous pourrez activer respectivement, grâce aux neuf tirettes, les notes Do2, Sol3, Do3 (le fondamental), Do4, Sol4, Do5, Mi5, Sol5, et Do6 (les deux premières tirettes marrons sont en réalité des sous harmoniques). Les tirettes vous permettent donc de faire un mixage harmonique de chaque son. Le nombre de possibilités (sans prendre en compte les vibratos et les percussions) est tout à fait impressionnant : 134 217 278 ! On peut choisir la polyphonie que l'on souhaite affecter au B4. Quatre choix s'offrent à vous : 25, 50, 75 et 91 roues phoniques (comme sur le B3).

Cependant, cette polyphonie prend en compte le nombre de notes jouées simultanément, auxquelles il faut rajouter les harmoniques. A vous donc de faire votre choix, mais dans la grande majorité des applications, 50 tons suffiront amplement ; inutile de charger les ressources de votre machine.

La fameuse sonorité produite par le Chorus/Vibrato à scanner est fidèlement reproduite. Sa nature et sa profondeur sont modifiables via un potentiomètre (six valeurs sont proposées, la notation se traduit comme ceci : C pour Chorus et V pour Vibrato).

En choisissant l'option visuelle "Control" (située dans le menu View), l'affichage bascule vers une nouvelle fenêtre. Celle-ci est tout spécialement dédiée au réglage sonore du B4 (elle sera très précieuse pour faire vos mixes). On y retrouve toujours les tirettes, les sélecteurs d'effets (Percussion, Saturation et Vibrato) mais surtout, c'est ici que vous pourrez paramétrer la cabine Leslie.

Y-a-t-il une cabine de libre ?

Que serait un B3 sans une cabine Leslie ? Pas grand chose, si j'ose dire. En effet, le B3 trônait dans les églises avant que l'on découvre le fantastique alliage. Cette fameuse cabine est en fait un ampli à lampes de 40 W (pour les modèles les plus courants) à haut-parleurs rotatifs. Cela peut paraître étrange, mais il s'agit d'un système basé autour de deux trompes (pour les fréquences aiguës), montées sur un axe en rotation.

De même, les fréquences basses sont envoyées via un haut-parleur de 15 pouces dans un cylindre en rotation. Native Instruments a donc modélisé le son Leslie. Le résultat est réellement très proche de la réalité (je n'ai pas de B3 chez moi mais j'ai eu le plaisir de jouer plusieurs fois dessus).

Il est possible de retravailler (via le mode visuel " Control ") le son amplifié grâce à la section " TUBE AMP ". De même pour les haut-parleurs, les rotors des aigus peuvent se voir affecter une vitesse allant de 0 à 700 tours minutes. Enfin une section " Microphones " permet de pré-mixer les signaux issus des haut-parleurs aigus et graves à travers deux microphones virtuels (niveau, emplacement…). L'ensemble de ces paramètres est également placé dans la fenêtre View/Control.

Question de présets

Le B4 possède 120 présets répartis en 10 banques de 12 présets chacune. Le sélecteur de banques se situe à gauche sous la forme d'un petit potentiomètre indexé de 1 à 10.

Pourquoi 12 présets par banque ? En effet, ce choix peut paraître curieux, mais cela s'explique par le fait que chaque préset est appelé par les douze premières touches du clavier (l'octave du bas). Il suffit donc, après avoir sélectionné une banque, d'appuyer sur les touches de votre clavier de commandes pour changer de présets.

Si vous préférez choisir parmi la liste complète de tous les présets avec leurs noms, il suffira de cliquer sur l'icône NI située en haut à gauche de la fenêtre. Chaque préset mémorise la position des tirettes de registre, ainsi que tous les paramètres contrôlant le son. A l'instar du B3, les tirettes sont toujours actives.

Nouvelle collection

Native Instruments vient de sortir une collection de nouveaux présets pour le B4 : The tonewheel set Vintage collection. Celle-ci ajoute 24 nouveaux présets issus de trois nouvelles machines : le Farfisa Compact, le Vox Continental et enfin un Harmonium indien.

Vous pouvez écouter plusieurs exemples musicaux sur le site du constructeur. Enfin cette mise à jour intègre un lecteur de séquence MIDIFile ainsi qu'une proposition de réglage du diapason (436 Hz, 440 Hz, 444 Hz, 448 Hz et 452 Hz).

Conclusion

Il s'agit incontestablement d'une réussite, et ce aussi bien sur le plan sonore, visuel qu'ergonomique. Bref les gens de NI ont travaillé dur, et on les en remercie. Il manque évidemment le toucher, l'odeur, les tirettes, le pédalier mais aussi l'encombrement, le poids (entre 150 et 200 Kg), l'entretien, le prix…qui passe avec le B4 à 200 €. Je vous invite fortement à télécharger la démo et à vous enivrer du son de l'orgue Hammond !

Nicolas Ancelot

Note : 19/20

Configuration requise :
PC
Pentium ou AMD cadencé à 233 MHz, 64 Mo de RAM, 60 Mo de disque dur, système Win 98/Me/2000/XP, cartes son compatibles MME, DXi, Asio et/ou VST 2.0.

Macintosh
PowerPC604 233 MHz, 64 Mo de RAM, 60 Mo de disque dur, système MacOS 8.6 cartes son compatibles Sound Manager, OMS, FreeMIDI,.VST 2.0, ASIO, DirectConnect et/ou MAS.










Copyright 2002-2004 : Musicrun Editions
Hit-Parade